L’écoute

[Émission du 13 avril 2022]

La SEDRAP a le plaisir de poursuivre ses émissions sur l’actualité pédagogique. En avril, trois nouveaux intervenants ont répondu à vos questions : Maëliss Rousseau, Professeure des écoles et membre du comité de rédaction des Cahiers pédagogiques, Jean-Charles Léon, Professeur de musique agrégé et coordonateur du livre Construire ensemble l’école d’après, et Cédric Forcadel, ancien Professeur et directeur d’école et auteur de « Dessine-moi une école où il fait bon vivre », ont partagé leurs savoirs et regard sur le thème du mois : L’écoute, parlons-en ! ».

 


Depuis le mois d’avril 2020, la SEDRAP, éditeur scolaire pour la maternelle et le primaire depuis 35 ans, a réuni les acteurs de la pédagogie – enseignants, chercheurs et professionnels médico-sociaux – lors d’une émission pour échanger autour de grands thèmes de l’enseignement en lien avec l’actualité. Nous vous proposons régulièrement ces rendez-vous de partage.

 

Lors de notre émission du mois d’avril, nous avons parlé ensemble de « L’écoute ».

 

Quelques mots de nos invités sur le thème.


Maëliss Rousseau :

Prêter l’oreille à la leçon du professeur, au chant d’un oiseau ou à l’ami qui raconte sa peine n’est pas un geste anodin. C’est même un défi dans le monde dans lequel nous vivons. Écouter s’apprend, heureusement. C’est un apprentissage au long cours qui démarre dès la maternelle et se poursuit tout au long de la vie. Des rituels, des étayages, des situations dédiées à l’apprentissage de la posture d’écoute aident l’enfant à prendre conscience de l’environnement sonore dans lequel il vit. Il découvre qu’il peut faire des images dans sa tête à partir d’un texte lu par l’adulte, se laisser porter par une musique dont il n’a pas besoin de connaître les secrets de fabrication, qu’il peut réaliser dans sa tête la consigne que l’enseignant.e lui donne avant même de réaliser sa tâche, et encore beaucoup d’autres choses…

Jean-Charles Léon :

L’écoute : c’est, in fine, écouter l’autre comme il écoute sa propre vie ! L’écoute nécessite de faire une place à l’autre en nous, mais d’être suffisamment outillé psychiquement, techniquement pour ne pas être envahi. C’est donc une question à la fois éthique, l’autre est un interlocuteur valable, et technique, je dois me méfier de moi-même quand j’écoute l’autre.

Cédric Forcadel :
La question de l’écoute a souvent été entendue comme une écoute unilatérale, des élèves vers l’enseignant, des ignorants supposés vers le savoir indiscuté. Cette écoute « historique » façonnait un certain type de citoyens et citoyennes. Des pédagogies alternatives ont très vite interrogé cette vision historique et unilatérale de l’écoute pour favoriser le débat, l’écoute mutuelle… Toutefois, l’éclairage de la diversité de ces expériences (de Cécil Reddie à Freinet en passant par Neil) amène à s’interroger sur leur pertinence. Où placer le curseur de l’écoute dans une éducation émancipatrice ? Quelles limites ? Quel cadre ? Entre un modèle purement transmitif et un modèle purement libertaire, comment construire à l’école, aujourd’hui, une écoute émancipatrice et exigeante, soucieuse du collectif comme de l’individu, prenant en compte l’intérêt commun autant que les aspirations individuelles ?

 

Regardez toutes nos rediffusions en ligne pour voir les réponses apportées sur l’école à la maison, l’apprentissage à distance, la double gestion de la classe, la différenciation pédagogique, la coopération en classe, l’importance de la confiance dans les apprentissages, enseigner est un jeu à deux : l’élève est une personne, coopérer entre adultes à l’école, coopérer entre adultes à l’école, autonomie et responsabilité, faut-il que les enfants aiment lire, Le harcèlement à l’école, l’évaluation, le décrochage scolaire, développer l’esprit critique des enfants, le décrochage scolaire, prendre la parole ça s’apprend, Peut-on apprendre avec un écran, Enseigner les arts plastiques, etc.

 

Les éditions SEDRAP.